L'HISTOIRE DU RHUM EN GUADELOUPE

Moutin Bellevue.jpg
locomotive_canne_a_sucre_640_X_480.jpg

L'histoire du rhum est intimement liée à l'histoire de la culture de la canne à sucre.

La canne à sucre originaire d'Asie a été découverte par les européens au Moyen-âge grâce à leurs contact avec le monde Arabe. A l'époque, la découverte de cette plante qui produit du sucre constituait une véritable révolution.

La découverte des Amériques et la similarité de climat conduit à la mise en culture de la canne à sucre sur ces territoires. Une véritable industrie sucrière va ainsi prendre naissance et avec elle la mise en place de la traite esclavagiste qui permet pour les moyens de l'époque de produire du sucre en quantité et à bas coût.

Dès cette époque, on utilise le "vesou" ou mélasse aujourd'hui, rejet de la production sucrière pour transformer cette substance en eau-de-vie. L'histoire veut que le rhum dans sa première version ait été inventé par le père Labat en 1664.  Il s'agit au départ d'un alcool réputé de mauvaise qualité consommé par les pirates et contrebandiers, mais surtout qui sert de petit plus donné aux esclaves.

Ce n'est qu'avec la première guerre mondiale, où du rhum était envoyé pour soutenir le moral des troupes et la crise de l'industrie du sucre, que le potentiel du rhum comme produit à part entière à été perçu.  Ainsi en 1918, les producteurs d'alcool sur le continent s'inquiètent de la concurrence des colonies et obtiennent en 1922 une loi limitant les importations.

 

L'effondrement des cours du sucre contribue à faire émerger une nouvelle catégorie de rhum, le rhum agricole. Le sucre de canne ayant perdu toute sa valeur, les planteurs vont utiliser l’entièreté de la canne à sucre pour fabriquer du rhum. Ce rhum beaucoup plus aromatique va même dépasser la production du rhum dit "industriel" ou rhum de "mélasse".

Le rhum des petites Antilles françaises se distingue ainsi des autres rhums du fait de ce choix opéré de séparer la production de sucre et la production de rhum "agricole".